Pourquoi développer son intelligence relationnelle peut avoir un impact positif sur toutes ses relations ?

Lorsque vous arrivez face à une personne avec laquelle vous souhaitez avoir une conversation mais que celle-ci n’est pas dans l’ouverture, vous avez le choix soit de vous fermer vous même en campant sur vos positions, soit de faire preuve d’intelligence émotionnelle pour pouvoir mener à bien cette conversation.

Développer son intelligence relationnelle permet de placer l’autre dans un état d’ouverture, apaisée à la discussion. Les besoins des deux parties sont pris en compte et la discussion devient possible.

Grâce a cette faculté, vous pourrez créer des relations authentiques et durables, basées sur la confiance et le respect mutuel. Mais surtout vous pourrez entrer plus facilement en relation avec le monde.

L’ingrédient essentiel de l’intelligence relationnelle

« Nous dépensons généralement plus d’énergie à défendre nos idées qu’à nous relier à l’autre. D’abord établir la connexion avec l’autre. »

Robert Bouchard du groupe Conscientia

Je plonge au cœur du sujet avec cette phrase de Robert Bouchard qui montre tout l’intérêt d’une bonne intelligence relationnelle.

La différence entre une conversation qui prend en compte les deux parties et un monologue imposé, c’est ce point essentiel de connexion à l’autre. Sans connexion, nous ne pouvons pas capter l’attention de l’autre dans la bienveillance. Il ne peut pas être attentif à ce que l’on a besoin de transmettre si nous ne nous connectons pas à ses besoins sur l’instant.

« CONNECT BEFORE »

Ce qui est intéressant c’est que lorsque vous vous intéressez vraiment à la personne qui est en face de vous, elle s’investit aussi positivement dans l’échange. Cette intention permet de grandir ensemble. Il n’y a pas de dualité.

Par exemple, votre compagnon entre dans la chambre avec la volonté de se détendre à vos côtés car les enfants crient et s’amusent avec ferveur dans le salon.

Vos pensées sont occupées par la préparation de votre valise en vue d’un voyage et de toute une liste de choses à faire dans la maison avant de partir. Avant de pouvoir soumettre vos demandes, être en bonne intelligence relationnelle supposerait que vous preniez en compte aussi son besoin de repos/tranquillité/sollicitude/réconfort avant de lui faire part de toutes vos pensées dans le but qu’il vous aide.

Comment se connecter à l’autre ?

On peut facilement se connecter à l’autre en étant à l’écoute de ses besoins. Sincèrement et de façon empathique, sans ignorer les nôtres, mais en prenant sincèrement en compte ceux de notre interlocuteur.

A-t-il besoin de repos avant d’entamer cette conversation importante ? A-t-elle besoin de connexion à la nature avant de partager son savoir ? Ont-ils besoin d’être nourris avant de commencer ce chantier ?

L’intelligence émotionnelle, c’est aussi savoir écouter les autres à travers leur langage verbal et non verbal pour prendre en compte leurs besoins.

Le signal qui fait appel à notre intelligence émotionnelle

Les émotions sont un indicateur de l’état de satisfaction de nos besoins.

Tout comme un signal lumineux sur le tableau de bord de la voiture, nos sentiments sont le signal qu’un besoin est ou n’est pas satisfait.

La joie, la tristesse, la peur, la colère, le dégoût, la surprise… sont des émotions qui peuvent nous indiquer un besoin satisfait ou non d’accomplissement, de compassion, de sécurité, de propreté, d’honnêteté… chez l’autre.

Savoir détecter les émotions chez les autres est alors une grande preuve d’intelligence émotionnelle, à condition d’en prendre compte et d’interagir en fonction de ses nouvelles données.

Un être humain qui a des habiletés relationnelles, c’est quelqu’un qui a une conscience de lui-même à travers les émotions et les besoins, qui est intéressé et conscient de ce qu’il y a chez l’autre à travers les émotions et les besoins de l’autre.

La conscience de soi n’est pas la conscience de ce que je pense mais la conscience de ce que je vis.

La conscience de soi, ce sont des émotions dans le corps, reliées à des besoins.

La clé magique de l’intelligence émotionnelle en cas de conflit

Lorsque l’autre est en réaction, il.elle exprime un sentiment non satisfait. Il.elle peut réagir vivement, tristement, fièrement, avec mépris, ignorance…Dans tous les cas il.elle a besoin d’empathie.

C’est la clé qui désamorce tout conflit. Dans le meilleur des cas, l’autre se sent compris et change d’attitude. Dans le moins facile des cas, il.elle ne voit plus comment entretenir ce conflit et passe à autre chose. Il.elle ne ressent plus d’animosité à votre égard. Dans tous les cas le conflit est désamorcé.

« Au lieu de répliquer devant la réaction de l’autre, on va d’abord se connecter au besoin qui se trouve derrière l’émotion.»

Valérie Lanctôt-Bédart (Spiralis)

Comment être empathique ?

Quelle est la réponse à se donner ou à donner à l’autre lorsqu’il y a un besoin d’empathie ?

On va le faire en se connectant au besoin que l’on ressent si c’est nous qui sommes en réaction ou au besoin de l’autre si c’est lui.elle qui vit cette réaction.

LA TRADUCTION ?

« Ce qu’il.elle dit, je vais le traduire en ce qu’il vit. »

Comment ? En allant à la pêche aux besoins. En faisant des propositions de besoins.

Par exemple « Dites-moi si je me trompe, ce que vous êtes en train de me dire, c’est que ce qui est important pour vous c’est d’avoir …confiance, d’être…reconnu.e…etc. »

« Au fond, ce que tu me dis, c’est que ce qui compte pour toi c’est la nouveauté, la créativité, etc. »

Ces phrases prononcées avec un profond respect et engagement envers l’autre personne sont la plupart du temps accueillies positivement. Dans une conversation de couple, ajoutez-y de la douceur et un sentiment d’amour naîtra.

Vous vous dîtes que l’empathie ne fonctionne pas avec tout le monde ?! A cela, vous pouvez vous dire que l’empathie a les limites de son utilisateur. Il faut vouloir créer de la connexion pour amener de l’ouverture. Il faut avoir le désir profond et sincère d’être empathique avec l’autre pour l’employer.

Dans le cas où on aurait soi-même besoin d’empathie avant d’être en empathie pour l’autre, il est intéressant d’aller chercher quels sont nos besoins non satisfaits derrière ce ressenti.

Si les deux parties ont besoin d’empathie en même-temps, celui.celle qui saura faire preuve d’intelligence relationnelle pourra rechercher quels sont les besoins non-satisfaits pour lui.elle avant d’entrer en empathie avec l’autre.

Conclusion

Quand j’ai devant moi une personne qui a besoin d’empathie, elle ne peut pas m’entendre.

Robert Bouchard

Vous comprenez maintenant à quel point il est essentiel de créer une connexion avec l’autre en faisant preuve d’empathie si nécessaire avant de créer une relation équilibrée et durable.

Les liens se tissent et se renforcent grâce à l’écoute des besoins respectifs de chaque interlocuteur. Que ce soit en amour, amitié, relations professionnelles, nous avons tous besoin de se sentir compris avant de s’ouvrir à l’autre.

Vous comprenez maintenant que l’intelligence relationnelle est une faculté, une compétence ou plus justement une attitude primordiale à connaître pour mieux comprendre les réactions de nos relations. Une attitude positive pour le bien de l’humanité.

Article écrit par Alexandra Houllé, inspiré des sources de formateurs.rices en communication authentique du groupe Spiralis et Conscientia, des livres en communication non-violente de Marshall Rosenberg et après avoir suivi un cycle de formation sur la communication non-violente et le dialogue authentique avec Solution Era. Merci infiniment à eux pour la richesse de leurs transmissions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *